Obi wan EE ?

Désolé pour le jeu de mots, il faut bien se détendre lors de ces longues journées. Je ne vais pas vous annoncer de nouvelle fracassante, mais il m’a semblé intéressant de dire quelques mots sur les dernières évolutions de la suite Oracle Business Intelligence Enterprise Edition Plus.
Si un jour je croise le gars qui choisit le nom des produits chez Oracle, on va causer.

Business is all about Intelligence

OBIEE 11g est une étape importante dans la concrétisation d’un paradigme cher à Larry : la BI est ce qui doit « émerger » dans les applications d’entreprise, ce qui doit guider le travail de l’utilisateur. Cette vision trouve sa meilleure illustration dans Fusion Applications, dont l’interface est « BI-driven » : ce sont les informations décisionnelles qui servent de point de départ des actions de l’utilisateur.
C’est dire l’importance stratégique de la BI dans les roadmaps Oracle, et BIEE 11gR1 qui vient de sortir, est un grand pas en avant dans cette direction. Les fondamentaux du produits, la couche sémantique, sont globalement inchangés, en revanche beaucoup de fonctions importantes ont été revues ou ajoutées. Il serait beaucoup trop long de détailler toutes les noveautés dans un article de blog, je vais évidemment me concentrer sur les points les plus importants.

Architecture

OBIEE 11.1.1.3 (version disponible) repose maintenant sur une infrastructure « Fusion » : le serveur tourne sur Weblogic Server et bénéficie de fait de toutes les forces de cette architecture :

  • montée en charge, disponibilité par le clustering weblogic,
  • élasticité (il est possible d’ajouter à la volée des noeuds à un cluster),
  • administration et supervision depuis Enterprise Manager

M+R

Cette version apporte également la capacité, de façon transparente, d’attaquer des bases multidimensionnelles et relationnelles dans les couches basses et les mettre à disposition uniformément par la couche sémantique. OBIEE supporte ainsi maintenant M-OLAP et R-OLAP et offre des interfaces sophistiquées pour construire des requêtes multidimensionnellse. Le moteur ESSBASE est maintenant attaqué de façon complètement transparente.
Dans la couche sémantique, une attention a également été portée à la gestion des hiérarchies : il est désormais possible de définir des hiérarchies de dimensions (par exemple sur une échelle de temps année, trimestre, mois) gérées d’un seul tenant et non plus séparément dans une représentation.

Scorecards

Autre nouveauté, l’intégration dans le coeur d’OBIEE des KPI et toute la plomberie nécessaire pour bâtir des scorecards (balanced, six-sigma, Baldrige, …) selon des visualisations variées. Les métadonnées sont directement dans le modèle, l’intégration est ainsi parfaite et les scorecards ne sont pas une surcouche ou des informations configurées « à côté ».

Interface Utilisateur


Le dashboard OBIEE a largement été amélioré, tant en termes de look (c’est vraiment plus joli qu’en v10) que d’interactivité, par l’utilisation de composants ADF puissants (avec des sliders évolués, graphiques en tous genres, tableaux interactifs, …) .
On notera notamment l’apparition d’un framework événementiel « Action Framework » qui permet d’associer des clics sur des éléments (sans un graphique, sur un lien …) à des actions internes ou externes (BPEL, Web services). Si on examine cette fonctionnalité de près, elle offre des possibilités énormes d’interactivité et de productivité (lien avec les applications du SI).
Autre point important, OBIEE est désormais intégré à Oracle Webcenter, pour publier plus facilement des analyses dans des portails ou des espaces collaboratifs WebCenter Spaces.

Et encore ?

Intégration avec Secure Enterprise Search, Identity Management, … la liste de nouveautés, surtout si on entre un peu dans les détails, est très longue ! Alors n’hésitez pas à tester l’outil, c’est vraiment un grand pas en avant, et ce n’est que le début, car la roadmap promet beaucoup …
Dernier point, la migration du repository est automatisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *