Les options d'installation de l'Oracle database 12c EE

La première rencontre avec une nouvelle version de base de données Oracle est toujours un événement qui commence bien sur par l’installation du produit et la création d’une première base de test.

L’installation de la version Enterprise Edition en version 12c ne pose pas de problème parce qu’elle ressemble presque en tous points à la version 11gr2. Quand à la création de base de données avec l’outil dbca, les écrans qui différent concernent simplement l’adjonction des bases de données « container » qui ne sont qu’optionnelles.
 
 
MAIS ATTENTION :
1° ) Il faut noter une différence de taille : la disparition de la sélection des options soumises à licence lors de l’installation de la version Enterprise. Le bouton présent dans l’installer de la version 11gR2 a disparu. Cela veut dire que toutes les options vont être installées avec les binaires dans le répertoire ORACLE_HOME de la distribution et donc disponibles potentiellement pour les nouvelles bases de données qui seront crées à partir de cette distribution. Je rappelle que le principe pour les options est le suivant en version 11gR2 : seules les options sélectionnées lors de l’installation de la distribution pourront être utilisées lors de la création des bases de données.
Version 11gR2
test_install_11g_options
 
 
Version 12c
test_install_12g_sans_options
 
2°)  dbca est tellement similaire à la version 11.2 qu’il en reprend le piège potentiel (pas pour vous bien sur 😉  –>€€€) concernant la création d’une base de données comportant par défaut des options soumises à licence et non détenues éventuellement pour votre version Enterprise. Je tiens cependant à compléter avec la règle suivante pour vous rassurer : les options soumises à licence ne sont comptabilisées qu’à partir du moment où elles ont été utilisées au moins une  fois, et non à partir du moment où elles sont installées. Le risque est donc qu’une fois les options installées, une personne ne déclenche par mégarde leur utilisation.
Nous allons voir à travers différents cas la logique implémentée par Oracle pour installer ces options lors de  la création d’une base de données. J’en profiterai pour terminer sur des aspects pratiques concernant le rajout d’options ou la suppression d’options.
.

Mise en place du test

Voici les étapes que j’ai effectuées :
– J’ai télécharger  la version 12.1.0.1.0 pour linux.
– j’ai installé la version Enterprise sur mon serveur, j’ai maintenant deux versions qui cohabitent sur mon serveur : une 11.2.0.3 et cette nouvelle version.
– j’ai lancé ensuite plusieurs fois l’utilitaire dbca afin de réaliser différents tests concernant les options et que je vais maintenant détailler.
Ecran d’accueil de l’outil dbca :
Dans l’écran d’accueil de l’outil dbca je choisis create database.
 
test0_ecran_de_depart
.
.

Test 1 : configuration par défaut

Je sélectionne pour ce premier test  la configuration par défault
test1_default_configuration
J’obtiens dans ce cas la sélection de toutes les options sans possibilités pour l’instant de les modifier. Noter l’option Database vault qui est présente mais qui ne peut pas être modifiée.
 
test1_default_configuration_options_obtenues
.
.

Test 2 : advanced mode et template Custom Database

Je choisis maintenant de créer ma base de données en « advanced mode » :
test2_advanced_mode
 
L’écran suivant me propose de choisir un template, je choisis « Custom Database »
test2_choix_template
 
 
J’ai la possibilité de choisir les options que je désire
test2_choix_composants
NB : si dans cet écran les composants apparaissent en grisé, vous n’avez pas positionné le bon $ORACLE_HOME !
Le résultat final est le suivant pour la création de la base :
 
test2_choix_composants_finaux
.
.

Test 3 : advanced mode et template General Purpose

D’une manière identique si je choisis « advanced mode » et le template « General Purpose », les composants suivants sont sélectionnés sans possibilité de modification sont :
test3_choix_composants
Noter que l’option Database vault  peut être modifiée avec ce template.
.
.

Test 4: advanced mode et template Data Warehouse

Enfin avec le template « Data Warehouse »  les composants suivants sont sélectionnés sans possibilité de modification :
test4_choix_composants
Noter que l’option Database vault  peut être modifiée avec ce template.
.
.

Rajouter ou supprimer des options dans une base de données Enterprise Edition déjà créée

SI vous avez oublié de rajouter une option dans votre base de données, il suffit de lancer dbca et de rajouter l’option désirée via le choix de menu « Configure database options ». Par contre dbca ne permet pas de supprimer certaines options, celle-ci apparaissent en grisé une fois qu’elle ont été attribuées. Elles ne peuvent être désinstallées qu’après application d’une procédure de désinstallation, comme par exemple la note du support 332351.1 traitant de la desinstallation de Olap (pour les versions 10g et 11g pour l’instant).
Certaines options comme le partitioning ne peuvent être enlevées qu’au niveau de la distribution présente dans ORACLE_HOME dont il est question ci-dessous.
.
.

Empêcher l’utilisation d’options pour les bases de données appartenant à un même ORACLE_HOME

Il est possible de désactiver les options au niveau de la distribution d’un produit installé dans un ORACLE_HOME. Dans ce cas toutes les bases de données faisant référence à cet ORACLE_HOME ne pourront plus utiliser l’option. Pour désactiver les options au niveau de la distribution, il faut utiliser l’utilitaire chopt se trouvant dans ORACLE_HOME/bin
Une partition déjà créée ne sera pas supprimée dans la base de données après utilisation de « chopt disable partitioning ».

Conclusion

En résumé seul le choix « Advanced Mode » et le template « Custom Database » permettent de modifier les choix des options soumises à licence à installer. Il est aussi possible de créer un « Database template » afin de se protéger au mieux contre l’utilisation de licences non détenues. Certaines options comme le partitioning n’apparaissent pas dans l’outil de création de base de données et sont toujours actives par défaut, ce qui laisse le champ libre à l’utilisation de cette option par méconnaissance des licences installées. Dans ce cas, il faudra utiliser la commande chopt au niveau de l’installation de la distribution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *