La plongée maîtrisée vers le IaaS Oracle

LinkedIn 0
Twitter
Facebook 0
Google+ 0

Avant la grande messe d’Open World 2018 qui devrait être en cours au moment de la publication de cet article, Oracle EMEA a organisé à Londres du lundi 10 au mercredi 12 septembre, un événement marketing et technique avec ses partenaires ayant pour sujet le IaaS d’Oracle ou OCI (pour Oracle Cloud Infrastructure) .
Le hashtag était #OracleDeepDive ou la plongée en profondeur dans les projets d’Oracle en la matière. Le coorganisateur de l’animation était la société Equinix, propriétaire des Datacenters qui abritent cette infrastructure.
Réunissant plus de 200 personnes, dont bizarrement, j’étais le seul représentant, en tant qu’EASYTEAM, des partenaires Français.

La première journée, essentiellement dédiée aux messages stratégiques, a surtout été l’occasion de parfaire les discours et de continuer l’évangélisation. Si je peux faire la synthèse de ces différentes interventions (liste avec l’agenda)…
Je résumerais le tout en quelques phrases :
Avec un investissement massif en matériel et en ressources humaines, Oracle a plus que jamais besoin de ses partenaires pour déclencher la transition des infrastructures « on premise » de sa base installée vers sa nouvelle infrastructure Cloud. Pour cela, Oracle est prêt à travailler efficacement avec nous, ses partenaires, pour construire des solutions opérationnelles, fonctionnelles et performantes bien en amont du processus de vente.
Le partenariat avec une société telle qu’Equinix permet, avec l’apport de son expertise et de sa technicité, particulièrement dans les interconnexions de sites, de dessiner des architectures de production viables et stables.
On rappellera qu’il y a peu Oracle n’apparaissait pas dans les études Gardner pour les fournisseurs de service Cloud, et que la dernière analyse de cette année 2018 montre son apparition.
Même si elle est encore loin des leaders que sont AWS, MicroSoft ou Google Cloud, la progression est constante :

L’argument mis en avant pour différencier leur Cloud par rapport aux concurrents est la maîtrise absolue des SLA annoncés, grâce aux moyens et aux innovations techniques mis en œuvre dans leur Cloud.
Que ce soit dans le domaine de la disponibilité, de la fiabilité ou de la constance des performances, il y a un engagement réel et contractuel et si le niveau n’est pas atteint ou inférieur aux seuils définis, une réduction sur les crédits est accordée, après la validation du non-respect du niveau de service.

La liste des services proposés devient conséquente et les deux jours suivants correspondant à la branche technique (Technical Track),

nous ont permis d’en découvrir les éléments en détail (d’où le « DeepDive » associé à l’événement).

On peut se rendre compte que le menu était très riche :

Et si cette liste n’est pas aussi impressionnante que celle d’AWS, les briques essentielles sont présentes et fonctionnelles, ce que nous avons pu vérifier par des travaux pratiques de déploiement d’un serveur Apache sur une instance « Compute » virtuelle, puis la mise en place d’une architecture HA en doublant le serveur et en positionnant un service « Load Balancer ». Malgré le fait du nombre élevé de demandes simultanées (environ 160 personnes assistaient à ces journées techniques) et la localisation du Datacenter aux Etats Unis, les délais de mise à disposition et d’utilisation étaient acceptables.
Même si Oracle veut sortir de cet argument : si l’on souhaite faire de l’Oracle dans le Cloud aux meilleurs coûts et avec le moins de risque, leur solution est excellente.
Les présentations des architectures liées au déploiement sur OCI de leurs produits applicatifs phares EBS et JDEdwards, majoritairement terraformées, sont plus qu’intéressantes et montrent les possibilités d’implémentation dont voici un modèle standardisé et relativement simple :

Ceci peut être complexifié pour apporter la haute-disponibilité, les performances, et la protection complète en cas de sinistre, le tout s’appuyant sur des solutions reconnues de réplication inter-domaines et inter-régions, comme rsync pour les fichiers ou surtout Dataguard pour le niveau base de données :

On y retrouve tous les éléments nécessaires et leurs interactions : du tiers bases de données aux serveurs d’applications (ici EBS) en passant par les bastions de sécurité, les différents cryptages, les passerelles réseaux , les tables de routage et listes de sécurité, le tout audité pour chaque utilisateur identifié.

Le reste des journées techniques (journées bien chargées commençant dès 8h et ne se terminant pas avant 17h30) nous a permis d’avoir le plein d’information sur :

  • Les meilleures pratiques pour les architectures OCI
  • Les services identifications et les politiques d’attribution des privilèges
  • Les concepts des réseaux virtuels d’OCI (VCN)
  • Le détail du service « Compute », mise à disposition de serveur virtuel ou physique
  • Les différentes briques pour les différents type de stockage et leurs caractéristiques : « Block Storage », « File Storage » , « Archive Storage », « Object Storage »
  • Les « Load balancer » , les interfaçages réseaux (« on premise » vers OCI, internet vers OCI)
  • Les services bases de données (cette partie n’était pas la plus détaillée et ne correspondait visiblement pas aux domaines de compétences des intervenants)
  • La connexion « Fast connect » fournie par Equinix
  • L’implémentation des solutions HA et « Disaster recovery »

Après ces deux journées saturées en informations diffusées, les volontaires parmi les 160 techniques survivants étaient prêts à la certification « Oracle Cloud Infrastructure 2018 Architect Associate » qu’ils ont pu passer dans la foulée.
Pour ma part, j’ai préféré attendre et bien intégrer tous les éléments.
Je viens de valider ma certification il y a quelques jours.

En conclusion, je dirais que nos métiers d’intégrateurs et d’architectes de solutions Cloud, deviennent de plus en passionnant avec des matériaux qui s’enrichissent tous les jours. Oracle fait partie des fournisseurs que l’on peut maintenant envisager pour une construction solide et performante, cela ne nous empêche pas de regarder tous les catalogues et de proposer à nos clients les solutions les plus adaptées à leurs besoins, leurs contraintes et leur budget.
Pensez à nous pour votre Transformation Digitale.
Et nous allons être attentifs et continuer à vous relayer les dernières nouveautés qui sont en train d’être annoncées à San Francisco.

 

LinkedIn 0
Twitter
Facebook 0
Google+ 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *