Hard Partitioning avec OVM 3.3

LinkedIn 0
Twitter
Facebook 0
Google+ 0

Lors d’une de mes missions chez un client j’ai été confronté à une problématique spécifique concernant le nombre de licences Oracle lors de la migration d’une base de données Oracle RAC d’un environnement physique vers un environnement virtuel OVM 3.3.
En effet, la licence initiale contractée par le client était de 8 licences Oracle soit 16 cœurs
Alors, comment respecter ce même nombre de licences Oracle alors que les lames ProLiant BL460c Gen9 devant héberger le cluster RAC disposaient chacune de 20 cœurs hyperthreadés soit 40 processeurs vus par l’hyperviseur Oracle OVM 3.3.

La seule solution envisageable est le ‘hard partitionning’ qui permet de limiter de nombre de processeurs pour la machine virtuelle en associant des processeurs virtuels à des processeurs physiques.
Dans notre cas particulier, le nombre de processeurs virtuels pouvant être associé à chaque machine virtuelle est de 16 processeurs.
L’architecture et l’infrastructure déployée était la suivante :
OVM-HardPartitioning
 
Le mode opératoire de la mise en œuvre du hard partitionning suit ces différentes étapes :

  • Contrôle des CPUs pour le serveur ‘hôte’
  • Installation du module complémentaire OVM manager
  • Sécurisation des échanges entre OVM manager et OVM servers
  • Limitation des processeurs

 

Contrôle des processeurs pour le serveur ‘hôte’

Les processeurs des lames ProLiant BL460c Gen9 sont hyperthreadés (2 threads par cœur), le nombre de licences Oracle est limité à 4 licences par lame soit 8 cœurs.
Etant donné que les licences Oracle sont calculées sur les cœurs, nous pouvons bénéficier de l’hyper-threading et doubler la puissance des processeurs en allouant 16 processeurs virtuels à chaque machine virtuelle sans pour autant s’acquitter de licences Oracle supplémentaires.

 

Installation du module complémentaire OVM manager

Avec la version OVM 3.3.3 nous pouvons disposer d’un outil spécifique pour effectuer le hard partitionning des machines virtuelles :

 

Sécurisation des échanges entre OVM manager et OVM servers

Les échanges entre le serveur OVM manager et les serveurs OVM doivent être sécurisés pour cela Oracle utilise le service SSL.

 

Limitation des processeurs

  • Méthode avec ovm_vmcontrol 3.3

Se connecter sur le serveur OVM Manager et se positioner dans le repertoire /u01/app/oracle/ovm-manager-3/ovmutils/ovm_utils

 

  • Méthode manuelle

Modifier directement le fichier de configuration vm.cfg sur le serveur hôte et ajouter la ligne cpus=0-7,20-27

/OVS/Repositories/0004fb0000030000afd883f7dc2/VirtualMachines/0004fb00000600007c351fa24276c63f /vm.cfg
                                 {———–repository UUID———–}                              {————Virtual Machine UUID———–}
+———————————————–+
UUIDs peut être obtenu à partir VM Manager
 
vi vm.cfg
cpus = ‘0-7,20-27’
 

Restrictions

Le fait de mettre en œuvre le hard partitioning interdit toute possibilité d’utiliser LIVE MIGRATION et sa faculté de basculer automatiquement une machine virtuelle sur un des serveurs ‘hôte’ disponibles.

LinkedIn 0
Twitter
Facebook 0
Google+ 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *