Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Abonnez-vous maintenant et nous vous tiendrons au courant.
Nous respectons votre vie privée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Agilité du système d’information : Architecture et Méthodologie sont la clé

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

Le métier a besoin d’évoluer rapidement, les raisons sont nombreuses, et les pressions toujours plus fortes : différenciation par rapport à la concurrence, accompagnement des clients sur tous les canaux d’accès, aider à construire une bonne expérience utilisateur, rationalisation des processus.
Le système d’information doit proposer l’agilité correspondante.
Les progiciels majeurs SAP, JDEdwards et autres ont maintenant dépassé la vingtaine d’années d’existence, ils sont en place dans beaucoup de sociétés. Les investissements ont été conséquents, les montants réalisés pour les spécialiser aussi. Ces spécialisations souvent réalisées sans réelle conception, rendent complexe une montée de version, et sont un frein important à l’accès aux nouvelles fonctionnalités éditeur.

Un axe d’agilité concerne la mise en place d’une réelle architecture urbanisée du système d’information. Les avantages sont multiples :

  • ouverture rapide de nouveaux services métiers en s’appuyant sur un ensemble de services déjà existants (fournis par les progiciels) qu’il suffit de recombiner et de compléter
  • évolution séparée des composants grâce à leur isolation dans une architecture de service
  • montée de version de composant facilitée par l’isolation des spécialisations en suivant les recommandations éditeur d’architecture

Il est pertinent de distinguer dans l’architecture du SI des couches qui évoluent avec des cycles différents. Un progiciel constituera une couche stable ; on isolera dans une (ou plusieurs) autre couche spécialisée les services différenciateurs et innovants amenés à changer rapidement.
Le Business Process Management (BPM) est un autre élément de solution qui permet d’introduire de l’agilité. Isoler les règles métiers à l’extérieur des traitements permet de les faire évoluer plus facilement. L’utilisation d’une solution BPM permet de mettre en place et d’orchestrer des processus transverses construits sur l’architecture de service SOA. Il est facile, techniquement, de mettre en place de nouveaux processus et de les faire évoluer.
Les solutions et approches SOA (Service Oriented Architecture) sont matures et permettent de mettre en place une telle architecture.
Gartner place Oracle n°1, leader et visionnaire, sur le sujet de l’intégration dans les trois « magic quadrants » correspondants. Oracle dispose d’une suite très complète et efficace pour la mise en place d’un tel SI agile.
Au moins aussi important que les outils est la méthodologie de mise en œuvre de l’architecture de service.
EasyTeam a développé une telle méthodologie, pragmatique et efficace, industrielle.
EasyTeam est parti du constat que les projets SOA sont généralement très critiques et visent, dans la majorité des cas, une refonte globale du système d’information, étalée sur plusieurs itérations. La méthodologie s’appuie sur une feuille de route très claire pilotée par la valeur métier et les orientations stratégiques. L’architecture du SI est examinée dans une perspective d’urbanisation. Une usine SOA est mise en place conjuguant la réutilisation du patrimoine applicatif existant, la refonte de certains périmètres, et l’émergence d’une SOA naturellement orientée vers le métier et les processus de l’entreprise.

1 réflexion sur “Agilité du système d’information : Architecture et Méthodologie sont la clé”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.