Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Abonnez-vous maintenant et nous vous tiendrons au courant.
Nous respectons votre vie privée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Oracle Exalytics : Larry emballe la BI (dans une super boîte), pas forcément le public

Le moins qu’on puisse dire, c’est que si un événement est attendu par tous à OpenWorld chaque année, c’est la Keynote de Larry du dimanche soir. C’est là que traditionnellement et depuis quelques années, les quelques annonces fortes sont lancées (et au passage quelques missiles sur les concurrents, ça ne fait jamais de mal à l’égo …).
Cette année encore, sachant l’actualité des nouveaux produits, il y avait matière a produire une tonne d’annonces.
Foin de cela, nous avons, à la surprise générale, eu le droit à une présentation avant-vente Exadata – Exalogic – Supercluster bardée de chiffres sans queue ni tête. Une ressassée de « 10 times faster data movement, 10 times smaller data through compression, these numbers multiply ! » qui ressemblait un peu à un cours de multiplication pour CE2. Surprenant et un peu décevant, sachant la capacité du bonhomme à produire des shows réussis par moments.
Passons, car il y avait quand même une actualité réelle et intéressante, qu’il a lâchée en fin de présentation : l’appliance Oracle BI appelée EXALYTICS. Je vais vous la présenter , lisez la suite !
Oracle Exalytics est une machine intégrée, comme Oracle en produit avec réussite depuis quelques années. Après EXADATA pour le stockage des données, EXALOGIC pour faire tourner les applications (le Cloud in a box), Sparc SuperCluster dévoilé courant septembre qui réunit les deux Exa dans une configuration musclée, et enfin Oracle Database Appliance, la famille s’agrandit et s’agrandira encore.
La proposition de valeur d’Exalytics, est de fournir dans une machine pré-configurée, un serveur BI performant grâce à une architecture matérielle et logicielle optimisée. On retrouve le même esprit d’intégration des briques soft et hard, qui a donné naissance aux exa, avec les mêmes atouts a priori :

  • machine pré-configurée donc plus facile à installer
  • tests d’intégration, validation des performances et debug facilités car les configurations hard-soft sont toutes identiques
  • moins de maintenance a priori, moins d’administration des différentes couches (matériel, VM, OS, logiciel)

Ouvrons la boite ! Exalytics n’est pas une baie entière comme ses grandes soeurs Data et Logic, mais une machine unique, basée sur un serveur SunFire X4470 M2 assez trapu, il faut le dire, avec à l’intérieur :

  • 4 CPU 10 cores Intel, soit 40 cores au total par machine
  • 1 To RAM
  • 3,6 To de disque (pour les métadonnées et autres)
  • 2 ports Infiniband 40 Gbps
  • 2 ports 10 Gb et 4 ports 1 Gb
  • carte ILOM pour le management du matériel

Au delà du côté musclé de la machine, notons les ports infiniband, dont l’utilité est double : connecter la machine à un datawarehouse EXADATA, ou mettre en cluster plusieurs Exalytics et bénéficier ainsi de la meilleure bande passante pour ces types de configuration.
Mais comme toujours avec ces solutions intégrées Oracle, l’idée n’est pas simplement de fabriquer une machine performante, ce que tout le monde sait faire. Exalytics est une solution intégrée, pas simplement une bête de course !


On retouve dans cette solution les briques permettant de conduire des analyses décisionnelles variées :

  • Oracle BI Foundation Suite dans sa dernière mouture, un excellent produit, très complet, capable d’attaquer tout type de référentiel de données base SQL dont Exadata, OLAP, applications, fichiers plats, … et restituer les analyses sur une interface moderne et ergonomique, y compris sur les terminaux mobiles genre ipad, et inclut la gestion de scorecards et KPI évolués
  • Oracle BI Publisher pour le reporting de masse, intégré à la suite BI Foundation
  • TimesTen qui avec le To de RAM disponible et la compression en colonne des données proposée par ce moteur, peut facilement stocker plusieurs To de données pour conduire les analyses, de quoi traiter des énormes requêtes d’analyse en gardant toutes les données en mémoire vive
  • ESSBASE pour l’OLAP, optimisé pour un fonctionnement en mémoire avec par exemple des « in-memory cubes »

La capacité offerte de clusteriser ces machines, ajoute enfin une double dimension : le scale-out car TimesTen et OBI gèrent très bien la montée en puissance offerte en ajoutant des machines, et la haute disponibilité (même si ce second point n’est pas forcément le plus recherché). La mise en cluster permet bien évidemment de traiter des volumes de données plus importants encore en mémoire, grâce aux fonctions de clustering de TimesTen.
Je vous passe le discours marketing « at the speed ot thought » dont l’objet est de démontrer  que cette machine produit des résultats avant qu’on ait le temps de taper la question, le fait est que l’utilisation de TimesTen, Essbase, OBI dans une seule boite optimisée, doit forcément produire des résultats intéressants ! Oracle parle de 200 Go/sec pour le chargement des données brutes, soit en moyenne 1 To/sec avec la compression. Nous avons vus de jolis tableaux comparatifs, mais quelques tests en condition réelle ne feront pas de mal !
La concurrence, s’il n’existe pas de machine identique en face, c’est pour Larry IBM, et même s’il ne le mentionne pas, HP avec le rachat récent d’Autonomy (qui va décidément leur faire mal, ce géant a vraiment des soucis en ce moment),
Pour ce qui est du prix, pas encore d’information, mais je mettrai à jour l’article dès que les informations seront connues.
Liens à suivre :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *