Sparc Super Cluster, Un système Oracle intégré particulier

Dans la famille des Systèmes Intégrés (Engineered Systems) Oracle, il en est un qui se distingue à plusieurs titres :

  • Oracle Database Appliance
  • Oracle Exadata Database Machine
  • Oracle Exalogic Elastic Cloud
  • Oracle Exalytics In-Memory Machine
  • Oracle Big Data Appliance
  • SPARC SuperCluster T4-4

Vous l’aurez compris, je veux parler de SPARC SuperCluster T4-4

Systèmes intégrés Oracle

Hormis Oracle Database Appliance, tous les systèmes intégrés Oracle, SPARC SuperCluster T4-4 compris, reposent sur une architecture de type scale-out qui s’appuie sur un réseau interne INFINIBAND.
Comme tous les autres systèmes intégrés Oracle, SPARC SuperCluster T4-4 est un système :

  •        Pré-intégré
  •        Orienté haute performance
  •        Hautement disponible grâce à la redondance des composants

SPARC SuperCluster T4-4 bénéficie, au même titre qu’Oracle Exadata Database Machine et Oracle Exalogic Elastic Cloud,  de l’offre Oracle Platinum Services[1][2].
Là s’arrêtent les similitudes.

spécificités du sparc supercluster T4-4

En effet, contrairement aux autres systèmes intégrés Oracle qui reposent sur des processeurs Intel, SPARC SuperCluster T4-4 s’appuie, comme son nom l’indique, sur les processeurs SPARC.
De ce fait, le système d’exploitation est obligatoirement SOLARIS.
Autre différence majeure, SPARC SuperCluster T4-4 est un système généraliste alors que les autres systèmes intégrés Oracle sont des systèmes spécialisés.
D’une certaine manière SPARC SuperCluster T4-4[3][4] est un système qui intègre Exadata et Exalogic dans une seule et même armoire.
SSC-1
SSC-2
SPARC SuperCluster comprend deux types de stockage :

  •        Exadata Storage Server X3-2 pour les bases de données, version11g R2
  •        ZFS pour le stockage de fichiers partagés

Autre spécificité du SPARC SuperCluster, la virtualisation, avec Oracle VM for SPARC et les zones Solaris, qui permet de configurer deux catégories de domaines :

  •        DB Domain en Oracle Solaris 11pour les bases de données 11gR2 qui seront stockées sur les Exadata Storage Servers
  •        Application Domain en Oracle Solaris 10 ou 11 pour les applications ou les bases de données avec des versions antérieures à la 11.2.

On peut configurer jusqu’à 4 domaines par nœud de traitement, eux-mêmes découpés ou non en Zones.
Seuls les domaines de type DB Domains ont accès au stockage Exadata.
Les domaines de type Application Domain supportent Solaris 10 ou Solaris 11.
Les domaines de type Application Domain avec Solaris 11 peuvent héberger :

  •        Toute application supportée sous Solaris 11
  •        Tout serveur d’application supporté sous Solaris 11
  •        Toute base de données non Oracle supportée sous Solaris 11

Les domaines, Application Domain, avec Solaris 10 peuvent héberger toute application, tout serveur d’application et toute base de données y compris Oracle 11g, 10g ou 9i supportée sur Solaris 10.
Les bases de données 11g R2 hébergées dans un domaine de type DB Domain bénéficient des spécificités liées à Exadata Storage Server : Hybrid Columnar Compression (HCC), Smart Scan, Flash Cache…
Il est possible de déployer des bases de données 11g R2 dans des domaines de type DB Domain sans zone Solaris ou de déployer plusieurs zones à l’intérieur d’un même DB Domain[5], chaque zone possédant sa propre infrastructure de stockage Exadata.
SPARC SuperCluster est bien un système généraliste qui offre, grâce à la virtualisation disponible sous Solaris, une grande flexibilité de configuration.
Rappelez-vous qu’un ½ SPARC SuperCluster ne comprend que 3 Exadata Storage Server. Pour partager le stockage Exadata d’un ½ SPARC SuperCluster entre plusieurs infrastructures de stockage (configuration multi-zones), il faudra découper chaque disque physique, ou cell disk, en disques logiques, ou grid disk, et prévoir une réserve que l’on pourra affecter à l’un ou l’autre des environnements.

Modèle d’extension du sparc supercluster T4-4

Les capacités d’extension du SPARC SuperCluster ressemblent à s’y méprendre à celle de l’Exadata, à savoir :

  •        Augmentation de la seule capacité de stockage Exadata par ajout de cabinet(s) d’extension Exadata ou Exadata Storage Expansion rack (¼, ½ ou Full)
  •        Augmentation de la capacité de traitement et de la capacité de stockage par adjonction de nouveau cabinet SPARC SuperCluster T4-4.

On peut ainsi commencer avec un ½ SPARC SuperCluster T4-4, passer à un Full puis lui adjoindre jusqu’à 7 cabinets  SPARC SuperCluster T4-4 ou Exadata Storage Expansion rack.
Dès lors que l’on dispose d’un SPARC SuperCluster T4-4 complet ou d’un ½ SPARC SuperCluster T4-4 avec un cabinet d’extension du stockage Exadata, l’isolation en matière de stockage peut se faire selon deux axes :

  •        Ensemble d’Exadata Storage Servers dédiés à une infrastructure
  •        Découpage des disques physiques en disques logiques comme décrit précédemment.

Sparc supercluster et licences oracle

SPARC SuperCluster inclut les licences des produits suivants :

  •        Oracle Solaris 11
  •        Oracle Solaris 10
  •        Oracle VM Server for SPARC
  •        Oracle Solaris Zones
  •        Oracle Enterprise Manager Ops Center 12c

En revanche, il appartient au client de s’acquitter des licences pour les produits suivants, en fonction de leur utilisation :

  •        Oracle Database et options
  •        Oracle Exadata Storage Server Software
  •        Exalogic Elastic Cloud Software
  •        Oracle Solaris Cluster 4.0 (Oracle Solaris 11) ou Oracle Solaris Cluster 3.3 5/11 (Oracle Solaris 10)

La nécessité de disposer de l’option Real Application Clusters (RAC) dépendra de la configuration retenue.
Idem pour Oracle Solaris Cluster.
Pour Oracle Exadata Storage Server Software, les contraintes de configuration sont les suivantes:

  •        24 disques minimum pour des bases de données non RAC
  •        36 disques minimum pour des bases de données en RAC

Conclusion

SPARC SuperCluster est un système intégré généraliste qui offre une grande souplesse de configuration.
SSC-3
Il est possible de configurer jusqu’à huit zones par domaine.
Mais attention aux DB Domains : plus l’isolation est importante, via l’utilisation des zones, plus la configuration des Exadata Storage Server est complexe.
Il vous faudra trouver le bon compromis.

Références

[1]: http://www.oracle.com/us/support/library/oracle-platinum-services-ds-1653256.pdf

[2]: http://www.oracle.com/us/support/library/certified-platinum-configs-1652888.pdf

[3]: http://www.oracle.com/us/products/servers-storage/servers/sparc-enterprise/t-series/sparc-supercluster-ds-496616.pdf

[4]: http://www.oracle.com/us/products/servers-storage/servers/sparc-enterprise/supercluster-t4-4-arch-wp-1537679.pdf

[5]: http://www.oracle.com/technetwork/server-storage/engineered-systems/sparc-supercluster/deploying-zones-11gr2-supercluster-1875864.pdf

1 réflexion sur “Sparc Super Cluster, Un système Oracle intégré particulier”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *